Le modèle des trois piliers constitue la base de la prévoyance en Suisse

Le système de prévoyance helvétique repose sur le principe des trois piliers, répartis selon deux formes de prévoyance:

  • obligatoire (comprend le 1er pilier et le 2e pilier)

  • facultative (comprend le 3e pilier)

Les 3 piliers


1er pilier, prévoyance sociale

Le 1er pilier, comprenant l’assurance-vieillesse et survivants (AVS), l’assurance-invalidité (AI) et l’allocation pour perte de gain (APG) est obligatoire. Son but est de garantir à l’assuré ses besoins vitaux. L’assuré recevra des prestations en cas de retraite, de décès ou d’invalidité.

La CPEV n'a pas d'activité en la matière.


2e pilier, prévoyance professionnelle

Le 2e pilier est obligatoire pour les salariés et facultatif pour les indépendants. Il est régi par la loi sur la prévoyance professionnelle (LPP). Cette loi a été introduite en Suisse à partir de 1985. Son but est de maintenir le niveau de vie antérieur de l’assuré en versant des rentes en cas de retraite, de décès ou d’invalidité.

C'est sur ce terrain du 2e pilier qu'est active la CPEV.


3e pilier, prévoyance individuelle

Il est facultatif et bénéficie de la fiscalité de la prévoyance obligatoire dans certaines limites. Le 3e pilier est divisé en 3e pilier lié (3A) et 3e pilier (3B). La Constitution fédérale considère que l’ensemble de vos économies fait partie de votre 3e pilier. Toutefois, seuls les contrats 3A sont encouragés fiscalement. Son but est de compléter les prestations du 1er et du 2e pilier.

La CPEV n'a pas d'activité en la matière. Sa gérante, Retraites Populaires, propose divers produits adaptés à chaque cas.


Voir aussi