Pour optimiser sa prévoyance professionnelle, il est possible d'effectuer un rachat d'années d'assurance.

Pourquoi un rachat?

Le plan de prévoyance de la Caisse prévoit un taux de pension de 60% du salaire assuré à l’âge minimum de retraite de 62 ans/60 ans (collectif d'assurés 1/collectif 2) pour l’assuré qui a les pleins droits, soit 38 ans d’assurance.

Pour diverses raisons (plan de prévoyance de la précédente institution moins favorable, interruption de travail, divorce, etc.), il se peut que l’assuré n’ait pas les pleins droits à l'âge minimum. S’il part avant l'âge où il a les pleins droits, son taux de pension est réduit de 1,579 point de pourcent par année jusqu'à 63 ans (en dessous de 63 ans une réduction supplémentaire pour anticipation est appliquée). Dans ce cas, pour combler cette réduction, appelée lacune de prévoyance, il peut procéder à un rachat d’année d’assurance. La période pouvant être rachetée va de l’âge où il a les pleins droits jusqu’à l’âge minimum.

A noter qu'il est également possible de procéder à un rachat  de degré d'activité en cas d'augmentation du degré d'activité (par exemple de 80% à 100%).

Le rachat connaît des restrictions qui ont été introduites au niveau du droit fédéral, pour des raisons fiscales. Ces dernières sont précisées plus bas.

Définir le coût d'un rachat et le financer

Le simulateur de rachat permet à l'assuré de définir la somme nécessaire pour le montant de rente souhaité à la date de retraite désirée. Le simulateur de financement de rachat permet à l'assuré qui désire s'acquitter du montant en plusieurs fois, d'établir un plan financier.

Exemples de calcul pour le rachat

Christian, assuré du collectif 1, désire partir à la retraite à 63 ans avec les pleins droits et faire les rachats nécessaires à 40 ans. Sa situation de prévoyance personnelle est la suivante :

Âge d’entrée dans la Caisse : 27 ans
Âge de retraite avec les pleins droits : 65 ans (27 ans + 38 ans d’assurance)
Salaire assuré : CHF 80’000

Pour partir avec les pleins droits (taux de pension équivalant à 60% du salaire assuré) à 63 ans au lieu de 65 ans, il doit racheter 2 années d’assurance.

  2 années rachetées
x CHF 80'000 salaire assuré
x 14,089% taux actuariel appliqué lorsqu'un rachat est fait à 40 ans
= CHF 22'542 coût du rachat

Planifier son rachat

Jusqu'au jour précédant la retraite, l'assuré peut décider en tout temps de racheter ses années d'assurance. Le taux de rachat augmentant en fonction de l'âge de l'assuré et généralement le salaire aussi, il est recommandé de racheter des années d'assurance le plus tôt possible.

Modalités pratiques

Procédure

L'assuré intéressé par un rachat doit contacter la CPEV. Une offre de rachat officielle lui sera adressée, accompagnée d'un questionnaire destiné à vérifier que toutes les conditions soient remplies. La page "Rachat: procédure" donne des informations supplémentaires sur les délais et modalités des demandes de rachat.

Coût

L'assuré peut verser le montant en une fois ou opter pour un plan financier (voir simulateur financement du rachat). Il pourra alors choisir entre les possibilités de rachat suivantes:

  • paiement par mensualités
  • versement d'un acompte et paiement du solde par mensualités

A noter que

  • Le rachat d'années d'assurance est une opération définitive sur laquelle il n'est plus possible de revenir par la suite. Si l'assuré choisit de payer le rachat par mensualités, il accepte de manière irrévocable d'acquitter l'intégralité du rachat sous réserve de la réalisation du risque de décès ou d'invalidité. Les prestations quant à elles sont intégralement garanties dès la décision de rachat.
  • Le montant du rachat est en principe entièrement déductible des impôts.
  • Le rachat ne peut pas être versé sous forme de capital (versement anticipé pour le logement, départ à l'étranger, capital retraite, etc.) avant un délai de trois ans.

Restrictions

Le rachat connaît des restrictions qui ont été introduites au niveau du droit fédéral, pour des raisons fiscales.

  • les éventuels avoirs du 3e pilier A de l'assuré sont pris en compte pour le calcul de sa somme maximale de rachat, de même que les prestations de libre passage qu'il n'aurait pas versées à la caisse.
  • le rachat n'est possible que lorsque tout versement anticipé pour le logement a été remboursé.
  • pour les personnes arrivant de l'étranger et qui n'ont jamais été assurées dans une institution de prévoyance suisse, le rachat est limité à 20% du salaire assuré durant les 5 premières années suivant leur entrée dans la caisse.
  • Pour les assurés de plus de 58 ans ayant bénéficié d'une prestation de retraite, celle-ci doit être prise en compte dans le calcul.